Besoin de vous entendre

Un peu de contexte

Chèr.es vous tou.tes,

Comme vous le savez peut-être, cela fait quelques mois (depuis octobre 2020) que je suis en train d’écrire un livre relatant mes recherches sur l’alimentation.

Un jour, une amie avec qui nous analysions régulièrement notre rapport à la nourriture tinté de culpabilité, contrôle et crises existentielles m’a recommandé de lire « fat is a feminist issue » de Susie Orbach. Ce livre a fait imploser mon monde. 

Ecrit en 1978 par cette psychanalyste, psychothérapeute et co-fondatrice du centre de thérapie pour les femmes à New-York, « fat is a feminist issue » est doucement devenu « ma bible » aux côtés de nombreux ouvrages féministes et anarchistes. Il n’en existe pas deux comme celui là, toute la littérature accessible et vulgarisée sur l’alimentation que j’ai eu l’occasion de découvrir est constamment ancrée soit dans la recette, soit la junk food,  soit le sain, soit le privilège ou encore le tout au régime et à la norme. 

Au travers de chaque mot, Susie Orbach donne accès à une prise de recul, des éléments de deconstruction et des témoignages, à chaque femme qui a un jour eu un rapport difficile à son corps. Leur permettant ainsi de se sentir moins seule dans leur lutte face à elles-mêmes et aux diktats sociétaux, Susie Orbach a touché une génération de femmes. Mais cet essai n’en reste pas moins un livre écrit par une américaine dans une société américaine des années 70 avec tout ce que cela comporte de décalage culturel avec nous, européennes en 2020.  Et si Nora Bouazzouni a traversé une partie du propos dans son excellent livre « Faiminisme » en prenant les axes féminisme et sociologie pour le traiter, je suis persuadée qu’on peut aller encore plus loin et faire des liens utiles avec d’autres disciplines comme l’environnement, le genre et surtout nos histoires.

Je n’ai pas la prétention de me dire que je pourrais écrire la version européenne et contemporaine de « fait is a feminist issue », je ne suis ni une professionnelle du monde de la psyché, ni une autrice percutante mais je souhaiterai me donner la chance de pouvoir partager avec mes soeurs Européennes francophones les découvertes que j’ai faites sur la question de l’alimentation depuis 8 ans… bientôt 9 !
Comme une invitation, à la mode de “Fat is a feminist issue”, à prendre du recul, apprendre à regarder nos corps différemment et peut-être prendre des actions concrètes pour stopper ce pattern que nous reproduisons de générations en générations. Envisager un ancrage qui soit anarchiste et libre de notre vision de nos corps pour demain ; ni dieu, ni maître, ni contrôle, ni culpabilité, ni jugement, ni « désempouvoirement ».

En France, par exemple, c’est 3 à 4 % d’adolescent.es qui souffrent de troubles graves du comportement alimentaire dont 90% sont de genre féminin. Et ces chiffres ne font que s’empirer et ne ferons qu’empirer à chaque crise sociale et sociétale qui viendra déstabiliser le quotidien de chacun.e d’entre nous. Car au delà des troubles du comportement alimentaire sévères, ce sont des générations entières de personnes qui ne se reconnaissent pas dans le genre “homme cis” qui regardent leur corps avec dégout, colère, tristesse, perfectionnisme ou qui ne le regarde tout simplement pas ou plus sous le « poids » des trauma que la société leur impose au quotidien.

Je suis persuadée que nous méritons mieux et c’est la raison principale qui motive ma volonté farouche d’écrire ce livre.

Souhaitez-vous m’aider ?

Si vous souhaitez m’aider à accomplir cette tâche, ce dont j’aurai besoin c’est de votre témoignage, lettre, explication, récit, poème, dessins (vous choisissez le format) qui parle de votre relation avec votre corps au travers de l’alimentation. L’idée est de partager le soin que vous lui portez ou que vous ne lui portez pas au travers de l’acte de manger, le rôle qu’il a dans votre quotidien et le rôle de l’acte de manger pour vous, le regard que vous posez sur lui et sur votre nourriture, les mots que vous employez pour lui parler (littéralement ou métaphoriquement), ce que vous avez toujours eu envie de lui dire peut-être mais n’avez jamais osé…

Le format :
Ecrits/récits/Poèmes : Entre 1 mot et 5 000 caractères espaces compris
Dessin : Format digital haute résolution (Si vous dessinez sur du papier, format A4 maximum, je trouverai des solutions pour digitaliser votre contenu).
Pour celleux qui ne souhaitent pas prendre la plume mais souhaitent me parler, je retranscrirai en mots votre témoignage, contactez moi : alimentationconscience@gmail.com

Qui peut participer :
Toute personne (qui n’est pas un homme CIS) entre 15 et 99 ans qui souhaite dire quelque chose à ce sujet. Vous êtes l’expert.e de votre propre corps, you got this. Je ne cherche surtout pas à recueillir des témoignages de professionnels, alors n’hésitez pas, faites le avec coeur (et corps) qui que vous soyez et peu importe que votre plume soit un peu rouillée ou aguerrie.

Information importante :
Votre témoignage sera publié exactement comme vous me l’aurez envoyé. Seule la police sera modifiée. Je ne ferai aucune autre utilisation sans votre consentement de vos partages que cette publication dans ce livre. Vous pouvez me demander de rendre votre témoignage anonyme ou non, utiliser votre vrai nom complet ou un nom d’emprunt… C’est vous qui décidez.

Date de fin pour envoyer vos témoignages :
31/03/2021

Tout contenu digital + nom + âge + ville (où vous vous trouvez) est à envoyer à alimentationconscience@gmail.com.
Pour le contenu papier (dessins uniquement), envoyez-moi un mail, je vous enverrai mon adresse postale par retour de mail.

Pour me poser des questions : alimentationconscience@gmail.com.

Je vous remercie déjà du fond du coeur pour votre aide. N’hésitez pas à partager cet article avec toutes les personnes de votre entourage.
Prenez soin de vous,
Always,
Emma.

Leave A Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *